Damien Carême

La République sera humaine ou ne marchera pas.

Originaire de Lorraine, la famille Carême s’installe à Grande-Synthe en 1968, ville dont Damien Carême devient le maire en 2001, avant d’être élu conseiller régional de 2004 à 2015. Il est également vice-président de la Communauté urbaine de Dunkerque, chargé de la transformation écologique et sociale, de l'environnement et des transports.

Dans sa commune, Damien Carême développe une politique innovante : gestion différenciée des espaces verts, introduction de l’éco-pâturage, création de jardins partagés, université populaire, passage au « 100 % bio » dans les cantines, construction de logements sociaux économes en énergie. La ville est désignée « Capitale de la biodiversité » en 2010.

Soucieux de gérer la ville autrement, il voyage et rencontre ses pairs pour favoriser le partage des bonnes pratiques. En 2014, il préside l'association des maires « Ville & Banlieue de France » (AMVBF). En 2016, il est finaliste du concours de « meilleur maire du monde », un titre honorifique décerné par la City Mayors Fondation. Avec Médecins sans frontières, Damien Carême décide, à partir de 2015, de gérer l’afflux sur sa commune de milliers de réfugiés originaires du Kurdistan irakien principalement, en faisant construire un camp humanitaire doté de sanitaires et de locaux permettant aux associations de leur venir en aide, malgré l'absence de financement de l'État. Le camp sera hélas incendié en avril 2017.

Damien Carême a publié On ne peut rien contre la volonté d'un homme chez Stock en 2017. Pour lui, la République sera humaine ou ne marchera pas.


© Éditions Artulis | Durée: 35min