Élyse Ngabire

Au péril de la vie

Journaliste burundaise en exil en France depuis 2015, Élyse Ngabire est licenciée en Sciences de la communication de l’université Lumière de Bujumbura. Elle a poursuivi ses études de journalisme et de sociologie au Burundi et en France.

Élyse Ngabire exerce son métier à partir de 2008 au sein du Groupe de presse Iwacu où, en charge de la politique, elle anime plusieurs rubriques et magazines : Zoom, Brève rencontre, Invité de la semaine, Si ma mémoire est Bonne, Ma voix, mes attentes, etc. Également journaliste d’investigation, elle a par ailleurs mené des enquêtes sur des assassinats politiques dans son pays.

Au moment de la destruction des médias indépendants en mai 2015, Iwacu reste l’unique média indépendant du pays. Pressions et menaces à son égard se multiplient alors. En août 2015, son article ‒ qui avait pris au mot les promesses du président Pierre Nkurunziza entamant alors son troisième mandat, de dialogue avec les médias ‒, déplut au pouvoir en place. Poursuivie par des agents du Service national des Renseignements, menacée de mort, elle doit s’exiler et arrive à Paris en septembre 2015. Elle trouve alors refuge à la Maison des journalistes de Paris (la MDJ).

Engagée dans la lutte pour la liberté d’expression et des médias, Élyse Ngabire poursuit en France son métier ou son « combat » en publiant pour son journal et pour le site de la Maison des journalistes, L’Œil de l’exilé, des articles sur le Burundi, la France, et les questions internationales.

À travers le Programme « Renvoyé spécial » de la MDJ, elle effectue également de nombreuses interventions sur la liberté de l’information et celle des médias, aussi bien dans les lycées que dans les écoles de journalisme en France, touchant ainsi des publics variés.


© Éditions Artulis | Durée: 17min